Yaquoi, derrière l’écran ?

Spectacle musical pour petits et grands

Les Amis de Tous les Enfants du Monde présenteront leur nouveau spectacle, écrit et mis en scène par Gaëtan de Courrèges, intitulé “YAQUOI, derrière l’écran ?”, le dimanche 9 août 2015 à 17h, au temple Saint-Étienne de Mulhouse.

Nos grands-parents connaissaient le monde par le rectangle des fenêtres. Et aussi par le journal, par quelques livres, et par le gros poste de radio. Aujourd’hui, les rideaux sont tirés, mais d’autres lucarnes se multiplient dans le salon, le bureau, la chambre à coucher… Écrans des télés, des ordinateurs, des tablettes, des smartphones : le monde y défile en coups de vent… ou plutôt ce qu’on veut bien nous en dire. Les livres eux-mêmes, et les journaux, et les radios, ont été dévorés par ces fenêtres voraces. On rencontre plus volontiers son voisin de palier sur les réseaux sociaux que dans l’escalier. Comme Alice, jadis, déchirait le miroir pour tenter l’aventure, quelques enfants curieux ont voulu traverser l’écran pour nous dire ce qu’ils voient derrière.

Après Espiègle Espoir, spectacle de ces dernières années, Les Amis de Tous les Enfants du Monde jouent « YAQUOI, derrière l’écran ? ». C’est la “vraie vie” qu’ils nous racontent, revue et corrigée par leurs yeux amusés. C'est une comédie en chansons, en sketchs et en images. À 12 ans, on peut être à la fois sérieux et rigolo, critique et poétique. Et convoquer les grands à jouer pour un soir…

Cette comédie musicale est agrémentée de jeux de lumières, de projections de vidéos et d’une agréable mise en scène : une grande et belle aventure humaine pour retrouver la joie et l’espérance en l’avenir.

Les membres du groupe Les Amis de Tous les Enfants du Monde sont tous bénévoles et, depuis leur création en 1985, ils viennent en aide à des enfants qui en ont besoin. Actuellement, ils soutiennent la fondation Virlanie, aux Philippines, qui s’occupe d’enfants en grande difficulté, dans les rues et la prison de Manille. Ainsi, même si l’entrée est libre, une collecte sera faite à l’entracte, au bénéfice de ces enfants.

Vous pouvez retrouver Les Amis de Tous les Enfants du Monde sur les platesformes légales de téléchargement et sur leur site Internet www.atemasso.org.

Y aller
Dimanche 9 août 2015, 17h
temple Saint-Étienne, place de la Réunion, Mulhouse
Entrée libre, plateau au profit de la Fondation Virlanie

Récital estival de piano au temple

L'été est un moment propice pour prendre le temps de vivre et dans la torpeur estivale, le temple Saint-Étienne de Mulhouse continue d'offrir au public mulhousien ou touristique ses propositions musicales de qualité.

Ce sera encore le cas, dimanche 2 août à 17h avec le récital de piano du strasbourgeois Olivier Rakotavao qui fera la part belle à Mozart avec la Sonate en Do majeur KV 330 et Jean-Sébastien Bach avec le Concerto Italien en Fa majeur mais aussi Schubert, Debussy ou encore Chopin. 

Originaire de Madagascar, Olivier Rakotovao poursuit ses études musicales à Paris où lauréat du Concours centralisé des conservatoires de Paris il obtient un premier Prix de piano à l'unanimité et un 1er prix de musique de chambre. Il bénéficie ensuite des cours de la remarquable pianiste et pédagogue Réna Shereshevskaya.

Un moment musical d'exception à n'en pas douter.

Y aller
Récital piano
dimanche 2 août, 17h
temple Saint- Étienne, place de la Réunion, Mulhouse
Entrée libre, plateau

Fête du 50e anniversaire du jumelage Mulhouse-Kassel

Dans le cadre du 50e anniversaire du jumelage Mulhouse-Kassel, les Trompettes de Mulhouse 1898 s'unissent à l'orchestre "Der Freien Turnerschaft" de Kassel pour animer une Heure Musicale exceptionnelle.

Fanfare de Cavalerie dans la Tradition de la Cavalerie Française, telle la Garde Républicaine, Les Trompettes de Mulhouse 1898 est composée d'instruments dits "naturels", c'est à dire sans mécanisme et de percussions. Au fil des années, le répertoire a beaucoup évolué et va de la marche militaire, à des pièces bien plus modernes. La Fanfare rehausse les cérémonies patriotiques, se produit en concert, et parfois défile lors de fêtes de village.Le directeur est Monsieur Jean-Pierre Hunold et le président Monsieur Thierry Konrad.

 
Des chansons à succès à la musique pop en passant par les ballades et les marches, l’orchestre “Der Freien Turnerschaft” (orchestre de la société de gymnastique) de Kassel-Niederzwehren est fort de ses 35 musiciens et propose de la musique pour tous les goûts. L’orchestre à vents, fondé en 1910 s’illustre dans un programme varié : depuis des décennies, il est un fleuron musical de la ville de Kassel et est garant de moments d’ambiance festive lors de ses nombreuses prestations.

Samedi 4 juillet, 17h, entrée libre, plateau

ParoleS protestantes: le sens du culte


Musique anglaise au temple Saint-Étienne

Dans le cadre des échanges universitaires entre le Séminaire Saint-Guillaume de Strasbourg et l'Université Durham en Grande-Bretagne, le Chœur de chapelle du Collège de Hatfield entame une tournée alsacienne au temple Saint-Étienne de Mulhouse ce vendredi 3 juillet à 20h.

Dans la grande tradition des chœurs de chapelle anglais, celui du Collège de Hatfield de l'Université Durham est un des meilleurs ensembles de cette université. Le chœur chante pour au moins une célébration par semaine, mais entreprend aussi des tournées et visites dans d'autres cathédrales et églises à travers le Royaume-Uni. Il intervient aussi régulièrement dans la cathédrale de Durham

Le Chœur de chapelle du Collège de Hatfield existe depuis la fondation du Collège en 1846. Composé d'environ vingt étudiants, il suit la tradition chorale selon le modèle de la cathédrale anglaise et aborde une large gamme de musique de Palestrina à Byrd, en passant par les compositeurs modernes comme Jonathan Dove et Henryk Gorecki. Le chœur sera sous la direction de Tom Coxhead.

La Bible et les images

Roland Kauffmann, Saint-Étienne Réunion
À l'occasion de l'inauguration de notre exposition d'été

Un pigeon perché sur une branche philosophait sur l’existence

Il est des films manifeste qui ne se préoccupent pas tant de nous raconter une histoire que de nous tendre un miroir pour interroger nos existences et ce qui en fait la trame. Et Roy Andersson poursuit son portrait de l'humanité dans ce troisième volet de sa trilogie placée sous le signe de « Nous les vivants».


La caméra fixe, avec des plans séquences et toujours une très grande profondeur de champ, nous suggère une caméra capable de tout voir, de tout enregistrer précisément, et surtout les détails que nous aimerions enfouir profondément.

Dans un univers intérieur rendu par ces couleurs uniformément fades et tristes, se joue ce qui ne serait qu'une farce si ce n'était tragique, comme cette armée suédoise allant en guerre en chantant et rentrant en loques au jour de la défaite. Comme si cette armée était l'archétype de toutes nos ambitions condamnées à se rendre contre plus fort que soi. Autant de scènes qui nous bousculent et nous renvoient à la seule question qui vaille, celle de la mort. 

Une mort d'ailleurs mise en scène à de multiples reprises comme autant de rendez-vous manqués. Question terrible de Jonathan, l'un de ces deux représentants en farce et attrapes aussi pathétiques que possible, aussi absurdes que ces deux autres voyageurs qui n'en pouvaient mais attendaient Godot. Film de l'absurde comme il est un théâtre de l'absurde qui nous pose la question de notre culpabilité, « comment est-il possible de continuer à vivre alors que l'on fait partie de cette humanité là », nous demande Jonathan alors qu'il vient de revivre en cauchemar l'indécence absolue du massacre des innocents juste pour le plaisir de faire de la musique.


Autant de visions complètement désespérées de l'humanité, des visions protestantes ? Car ce qui nous est ici montré, c'est la bêtise de notre condition et la faiblesse ontologique irrémédiable de l'homme qui, ni par la nature ni par l'histoire ne saurait être une forme de la transcendance, formidable résumé du protestantisme. Qu'il est donc difficile d'être humain comme nous le répète cette belle dissertation philosophique qui mérite très largement que l'on surmonte l'ennui insondable qu'elle suscite au premier abord mais que l'on apprécie aux degrés croissants du souvenir.

Un pigeon perché sur une branche philosophait sur l’existence
En duva satt på en gren och funderade på tillvaron
Suède, 2014
De Roy Andersson
Scénario : Roy Andersson
Durée : 1h40
Sortie : 29/04/2015


Le chant au service de l'humain

Le Liederkranz, chœur d'hommes d'Attemschwiller mettra sa passion du chant au service des actions de solidarité de l'association Terre des Hommes Alsace.

Le Chœur d'Hommes Liederkranz est une chorale amateur profane qui s'est formée autour d'une passion commune : le chant a cappella à quatre voix. Bien que le chœur soit basé à Attenschwiller, l'origine géographique des choristes dépasse largement les limites du proche voisinage du village.
Sous la houlette de son talentueux chef, Raymond Sutter, le Chœur d'Hommes Liederkranz a pour ambition, à travers des prestations de qualité, de faire découvrir et de promouvoir le chant choral masculin.


Le Liederkranz est souvent sollicité, dans la région et bien au-delà. Des chants liturgiques aux chansons profanes, des œuvres traditionnelles aux pièces contemporaines, le Chœur d'Hommes Liederkranz possède un répertoire des plus éclectiques. Sa philosophie est de toujours varier les plaisirs, en proposant des pièces de différents styles et pour tous les goûts et ainsi donc d'offrir aussi bien aux choristes qu'au public un programme diversifié et attrayant.


Le Liederkranz aime donner une coloration internationale à son répertoire à travers le choix d'œuvres dans les langues les plus diverses : français, bien sûr, mais aussi allemand, anglais, italien, espagnol, portugais, russe, latin, alsacien.


Une occasion de mêler le plaisir musical à la solidarité active envers les plus démunis.


Y aller
dimanche 28 juin, 17h
temple Saint-Étienne
place de la Réunion, Mulhouse
entrée libre, plateau