Sur les chemins de Compostelle

Exposition

Du jeudi au dimanche * de 13h à 19h

Du 29 mars 2019 au 28 avril 2019


L’association des Amis de Saint-Jacques en Alsace a été fondée en 1998 par un groupe de personnes, des pèlerins avant tout et qui répondait à un besoin, celui de faire connaître le chemin des étoiles, celui de faire connaître le chemin de l'apôtre Jacques, frère de Jean. Très vite beaucoup de pèlerins ont voulu marcher sur ce chemin jusqu’à la dernière demeure de cet apôtre Jacques, qui a été mis en terre, en Galice

L'objet de l'association, outre d'honorer notre apôtre avant tout est aussi d'aider les pèlerins ou toute personne voulant marcher sur ce magnifique chemin de respect, d'humanité de partage et d'égalité afin qu'il y trouve réponse à toutes ses questions, nous sommes là pour les aider à se préparé : comment s'y rendre (à pied à cheval à vélo), où dormir ? En respectant le choix de chacun, Comment se procurer le carnet du pèlerin, la crédencial ? Et beaucoup d’autres questions.

Notre association compte actuellement 308 membres et un comité qui la dirige. Chaque trimestre nous proposons un bulletin qui met à disposition la vie de l'association agrémentée par des articles de personnes ou de pèlerins, des sorties à faire ou ayant été faites, ainsi que des informations sur les stammtischs et l'organisation des expositions jacquaires.
L’exposition est composée d’une vingtaine de panneaux, retraçant les histoires et légendes de Saint-Jacques de Compostelle, décrivant les différents chemins de Vézelay, Arles, Le Puy en Velay et aussi le chemin Alsacien. Sont évoqués également les pèlerins d'hier et d'aujourd'hui, les gîtes et les hébergements, les hospitaliers et la credencial. Présentation de quelques hauts lieux comme Santiago, Finistère et les incontournables du "camino francès". L'art, la littérature jacquaire, Rome et la Via Francigéna complètent cette exposition.

C’est pour la présenter au plus large public possible que nous avons choisi le temple Saint-Etienne lieu le plus emblématique de la vie spirituelle de Mulhouse.
En partenariat avec l’association Saint-Étienne Réunion, l’exposition « Sur les chemins de Compostelle » se tiendra du vendredi 29 mars au dimanche 28 avril 2019 au temple Saint-Étienne, place de la Réunion à Mulhouse.

Une permanence sera assurée par des pèlerins, membres de l’association auxquels vous pourrez poser toutes vos questions, du jeudi au dimanche de 13h à 19h, sauf le dimanche 7 avril, Vendredi 19 avril et dimanche 21 avril et pendant les éventuels concerts.
Le comité de l’association des Amis de Saint-Jacques en Alsace convie tous les pèlerins, futurs pèlerins et tout public, au vernissage qui aura lieu le vendredi 29 mars à 18h30.

Y aller
Au temple Saint-Étienne
Place de la Réunion à Mulhouse
Du jeudi au dimanche * de 13h à 19h
Du 29 mars 2019 au 28 avril 2019
• sauf dimanche 07/04/19, vendredi 19/04/19, dimanche 21/04/19
Et durant les concerts
Entrée libre




Le Western et la Bible  - une conférence de l'Université Populaire du Rhin

L’Université Populaire du Rhin propose le 6 mars à 19h une conférence intitulée « Le Western et la Bible » donnée par Yves Pedrono, docteur en sciences de l’éducation et philosophe, passionné de cinéma américain et notamment de western, genre auquel il a consacré son premier essai, Et Dieu créa l’Amérique

Si le western reste un genre cinématographique consacré à la narration de la naissance et la construction des États-Unis, au-delà de ce constat somme toute banal se posent bien des questions. En effet, il semble qu’un récit beaucoup plus ancien, et d’une essence fort différente, l’inspire profondément : l’Ancien Testament. 

En comparant l’univers biblique et celui de l’Ouest américain, on constate qu’ils sont le lieu de deux histoires traversées par les mêmes intrigues, narrant la réalisation d’une même destinée divine et contant les exploits de héros aux profils et aux prouesses comparables. Le western, en somme, ne serait-il donc pas l’avatar d’une épopée beaucoup plus ancienne, celle des fils d’Abraham dont la Bible nous conte les aventures ?

Y aller
Mercredi 6 mars, 19h
temple Saint-Étienne, place de la Réunion, Mulhouse
Entrée 5€ (gratuit pour les adhérents de l'U.P.)

Les dernières publications sur Yves Pedrono
59 min
Les Chemins de la philosophie
LE 13/06/2018
Retour aux fondements de la culture américaine avec un film d'une rare modernité.

59 min
Les Chemins de la philosophie
LE 09/04/2012

Plus sur le western avec les Chemins de la philosophie : https://www.franceculture.fr/emissions/series/le-western

Les cimetières de Mulhouse : histoire d'un patrimoine vivant

Second volet de notre exposition d'octobre dernier "94 rue Lefevbre" qui était consacrée aux photos de Sylvain Scubbi, l'exposition du CIAP "Les cimetières de Mulhouse: histoire d'un patrimoine vivant" présente plus avant les évolutions des cimetières à Mulhouse au cours du temps.

Elle sera inaugurée ce vendredi 1er février à 17h et ouverte au public jusqu'au 4 avril.

Rhapsodie féminine au temple

Dans le cadre de la journée internationale du Droit de la femme, le 8 mars 2019, l'Institut de recherche en langues et littératures européennes de l'Université de Haute-Alsace (ILLE/UHA) propose « Rhapsodie féminine », un récital de piano donné par Augustin Voegele, le vendredi 8 mars 2019 à 20h30 au temple Saint-Étienne, place de la Réunion à Mulhouse.

Ce récital fera la part belle aux compositrices romantiques, notamment Clara Schuman et Fanny Mendelssohn en dialogues avec leurs homologues (et parfois époux) masculins, Robert Schumann, Franz Schubert ou encore Franz Liszt. Le concert conclura une journée de conférences et de débats réunissant artistes, écrivaines, universitaires et actrices de la vie associative qui se tiendra dans la Salle des colonnes de l'Hôtel de Ville.





Y aller
Vendredi 8 mars, 20h30, récital de Piano, Augustin Voegelé
temple Saint-Étienne, place de la Réunion au profit de l'Institut de recherche en Langues et Littératures Européennes, Université de Haute-Alsace, à l'occasion de la journée de la femme.
Entrée libre, plateau.

Une affaire de famille, adopte tes parents !

L'adoption est un thème éminemment théologique et particulièrement en protestantisme où, à côté d'une "théologie de l'alliance" propre à ses racines juives, s'est développée, notamment avec Jean Calvin, une "théologie de l'adoption" pour caractériser la relation entre Dieu et le fidèle.


Chacun des membres de cette étrange famille que nous présente Hirokazu Kore-eda est ainsi adopté par les autres dans un enchevêtrement de relations dont on ne saura jamais tout à fait la vérité. Croyant au départ avoir à faire à une vraie famille réunissant trois générations, une grand-mère, deux soeurs, le mari de l'une et le fils du couple, la famille recueillant une petite fille laissée à elle-même sur un balcon entre deux volées de coups de ses parents immatures, le spectateur est, à partir de cette étrangeté de départ, introduit dans la complexité des liens qui unissent chacun des membres de ce qui s'avère être plus une communauté qu'une famille. 

Car chacun, de la grand-mère, Hatsue, à la petite fille, Juri/Rin en passant par les femmes, Aki et Nabuyo, "l'époux", Osamu, le fils, Shota, chacun d'entre eux a été, à un moment ou à un autre de son existence, laissé pour compte, laissé comme Juri sur le balcon de l'existence, dans le froid entre les coups. Hatsue par son mari l'abandonnant à sa solitude, Aki par ses parents qui se fichent de savoir si elle est vraiment en Australie, Nabuyo par son ancien mari qui la battait, Osamu plombé par son impuissance, à la fois virile et sociale, Shota sur une banquette arrière par des parents indignes.

Abandonnés par ceux qui auraient dû les protéger, les aimer, les entourer, ils retrouvent une solidarité et une chaleur humaine dans ce capharnaüm où chacun partage ou non son secret, son quotidien et s'évertue à reproduire ce qui aurait normalement dû être, une famille. C'est une lutte obstinée contre le destin afin de se redonner l'illusion d'être le maître de sa vie. C'est en tout cas la tentative désespérée des adultes. 

Quant aux enfants, ils luttent aussi contre leur destin. Shota en comprenant l'illusion dans laquelle ses "parents", ceux qui "l'ont sauvé", ont voulu l'élever. Prenant conscience de lui-même par petites touches, il se sauve en voulant sauver Juri. Il aura fallu cet acte de liberté de Shota pour qu'enfin Osamu et Nabuyo lui offrent la seule chose dont il avait besoin, lui dire enfin la vérité, qui est déjà toute entière dans le fait de cesser de lui mentir. C'est la condition pour qu'il puisse vraiment reconnaître Osamu comme son "papa"!

Quant à Juri/Rin, elle se retrouve à nouveau sur son balcon mais elle a une force nouvelle qui lui permet de dire "non" malgré ses trois-quatre ans. Et si elle se lève pour regarder au-delà du balcon, c'est parce qu'elle sait que viendra sa délivrance car elle sait maintenant ce que c'est que d'être vraiment aimée par une maman et peu lui importe que ce ne soit pas la "vraie" pourvu que ce soit celle du cœur.